Fa.jpg

HYDRO 2 GO


ÉCOSYSTÈME : CÉRÈS, Corps céleste de la ceinture d’astéroïde


MEMBRE DE L’ÉQUIPE : Laurent Patry Beaudoin, Théophile Bégin

 

HYDRO 2 GO

Le travail présenté constitue une tentative de vulgarisation scientifique générant un intérêt pour la science et les technologies chez les jeunes à l’aide d’un graphisme dynamique et, soyons honnêtes, très cool. Dans l’optique d’une occupation étendue du système solaire par les humains, il deviendra nécessaire d’établir des bases spatiales éloignées en vue de limiter la dépendance à la Terre. Cérès servira de base de ravitaillement pour les missions transportant humains et matériaux jusqu’aux limites du système solaire comme par exemple pour des missions à destination des lunes de Saturne. La faible gravité à la surface de Cérès permet le décollage des fusées après ravitaillement à un très faible coût en carburant. De plus, l’exploitation de la glace de la planète sera utilisée pour produire le H2 servant de carburant ainsi que le O2 servant de comburant pour la propulsion des fusées. Ces deux caractéristiques uniques font de Cérès une candidate idéale pour une base de ravitaillement.

Une des ressources principales justifiant l'exploitation de Cérès réside dans son manteau composé de glace. Des geysers permettent notamment d'accumuler de l'eau (H2O) qui servira à produire du dioxygène (O2) ainsi que du dihydrogène (H2) qui sont des composés clés pour le maintien de la vie ainsi que pour assurer le ravitaillement des fusées à hydrogène transitant par la planète naine. Une partie de l'exploitation de l'eau sera assurée par la sublimation permise par la pression atmosphérique quasi inexistante à la surface de Cérès.

Vous trouverez ci-bas les texte de l’affiche:

Cérès possède une surface composée d'argile, de fer (Fe), de glace (H2O), de composés de carbonate et de silicate permettant l'obtention de verre polycristallin (SiO2), composant essentiel à la construction et à la maintenance de la structure en dôme de verre de la base. Le manteau d'une épaisseur variant entre 60 et 120 km est pour sa part constitué principalement de glace. Le noyau de la planète naine est rocheux.

L'atmosphère est composée de CO2 émis par la production de verre ainsi que d'O2 généré par l'électrolyse des molécules de H2O. Ces gaz permettent un effet de serre nécessaire au réchauffement de la zone habitable de Cérès.

Les poussières de silicate sont utilisées pour l'édification d'un dôme protecteur de verre qui permet non seulement la création d'une atmosphère, mais aussi la protection face aux radiations solaires grâce au système de circulation d'eau en son centre.

Production d'énergie principale : 1. Récupération des gaz d'eau grâce à des poches élastiques. 2. Électrolyse de l'eau destinée à produire du H2 et du O2. 3. Entreposage des gaz exploités, notamment, le H2 sera emmagasiné dans des réservoirs situés dans des zones d'ombre éternelle frigorifiée. 4. Remplissage des fusées qui sont propulsées à l'hydrogène liquide.

L'eau récoltée est emmagasinée à l'intérieur du dôme habitable. L'eau favorise tout d'abord la régulation de la température grâce à sa capacité thermique élevée. Elle permet aussi de subvenir aux besoins de la population.

Des panneaux solaires constituent une source d'énergie d'appoint nécessaire à l'implantation initiale de la colonie.

Les techniques avancées d'hydroponie permettent la culture de plantes, notamment grâce à l'argile récupérée à la surface de la planète. L’orbite courte de Cérès permet une bonne exposition lumineuse. Suite aux progrès dans le domaine de la fusion nucléaire, tous les éléments nécessaires à la production d'engrais pourront être synthétisés artificiellement (phosphore, azote, potassium).

Tous les moyens de locomotion à la surface de la planète naine exploitent des structures en rail en raison de la très faible force de gravité. En effet, l’accélération gravitationnelle sur Cérès correspond à 2,75% de celle de la Terre. Ce désavantage du point de vue du transport se transforme en avantage lors de la construction d'infrastructures : la faible gravité réduit les forces subies par les structures.

Les risques de collision avec une micrométéorite sont relativement faibles en raison de la position de Cérès dans le système solaire. En effet, une collision survient approximativement une fois tous les 100 000 ans.